Marx et la critique de l’économie politique (épisode 1)

Ce qui va suivre est une tentative de rassembler en une série de trois articles l’ensemble des points fondamentaux de la critique marxienne de l’économie politique. Pour cela, nous suivrons l’ordre d’exposition choisi par Marx dans les trois volumes du Capital. Dans cette œuvre, l’exposition des concepts est fondée sur une méthode qui consiste à aller de l’abstrait au concret. L’idée est en effet pour l’auteur du Capital de partir du degré d’abstraction théorique le plus élevé pour atteindre un concret de pensée qui se rapproche le plus du concret réel. Il s’agira donc, nous le verrons, de partir des formes économiques cellulaires du mode de production capitaliste, pour enfin aboutir à une compréhension du capital comme une réalité sociale segmentée en plusieurs branches de production et mue à la fois par la concurrence entre les capitalistes, et par la lutte menée entre les capitalistes et les prolétaires.

Nous proposerons ici de distinguer trois niveaux d’analyse du concept de capital. Chacun de ces niveaux renvoyant à des degrés d’abstraction différents :

  • L’analyse de la forme-marchandise, de la valeur et de la monnaie
  • L’analyse du capital en général
  • L’analyse du capital segmenté en plusieurs branches de productions au sein desquels des capitalistes individuels rentrent en concurrence

Ces trois niveaux d’analyse correspondront aux trois parties de notre série.

Épisode 1 : la marchandise

« La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste apparaît comme une « gigantesque collection de marchandises », dont la marchandise individuelle est la forme élémentaire »1

Il convient dans un premier temps d’insister sur l’importance de cette phrase qui constitue l’introduction du premier chapitre du livre I du Capital. Ici, Marx nous informe en effet de l’objet qu’il traitera dans l’ensemble de son exposé, à savoir le mode de production capitaliste. Toute la difficulté réside alors dans le fait que la section I ne traite pas encore spécifiquement du concept de capital. Ce que l’on trouve dans cette section, c’est en revanche une analyse de la forme marchandise et des concepts qui y sont liés : travail abstrait / travail concret, valeur d’usage-valeur d’échange, forme-valeur, polarité marchandise-monnaie, fétichisme de la marchandise, etc. Une première lecture de ce texte pourrait laisser croire qu’il n’est alors question que de formes sociales historiquement antérieures au mode de production capitaliste. En outre, le fait que la monnaie et la marchandise aient existé bien avant que le capitalisme ne se soit développé pourrait nous conforter dans cette thèse. Si cette lecture est séduisante, il faut cependant rappeler que Marx analyse la forme-marchandise dans le but non pas d’étudier les sociétés pré-capitalistes, mais d’analyser les éléments fondamentaux sans lesquels une compréhension du mode de production capitaliste est impossible. Ainsi, la toute première phrase du chapitre I est là pour nous rappeler que, si le concept de capital n’est pas encore développé dans la section I, c’est déjà de lui qu’il s’agit dans l’analyse des concepts qui forment la théorie marxienne de la valeur.

De ce point de vue, notre lecture du Capital s’oppose à toutes celles qui tendent à séparer la théorie de la valeur présente dans la section I, et la théorie de la plus-value (et donc de l’exploitation) présente à partir de la section II. Elle s’oppose également à toutes les tentatives de distinguer la théorie de la valeur et la théorie des prix de production.3

Ces remarques préliminaires étant faites, nous pouvons passer à l’analyse des catégories de base du capital que Marx étudie dans le chapitre I.

Valeur d’usage et valeur

Comme son nom l’indique, le premier chapitre du Capital est consacré à l’analyse de la marchandise. Dans un premier temps, Marx est en effet amené à s’interroger sur les principaux éléments qui caractérisent les produits du travail aussitôt qu’ils prennent cette forme particulière. Tout d’abord nous voyons qu’une marchandise est un produit ayant une certaine utilité, mais dont l’usage est conditionné par un acte d’échange. Pour accéder à une marchandise il faut dépenser une certaine somme d’argent. L’utilité de la marchandise renvoie donc à sa valeur d’usage, tandis que son caractère de produit destiné à être échangé renvoie à sa valeur d’échange. Or, une fois que l’on a fait ce constat, reste à savoir de quoi la valeur d’échange est l’expression. D’où provient la valeur d’échange ? Provient-elle d’une simple convention sociale ? Ou bien faut-il trouver son origine ailleurs ?Pour répondre à cette question, Marx va partir de l’interrogation suivante : quel est l’élément commun à toutes les marchandises ? À laquelle il répond en disant que les marchandises ont toutes en commun à la fois d’être des produits du travail et d’être porteuses de valeur. Les marchandises se distinguent par leur utilité concrète, mais une fois que l’on a fait abstraction de cette utilité, ce que nous voyons, ce n’est qu’une collection d’objets dans lesquelles est objectivée une certaine quantité de travail humain. Cette conclusion en amène une seconde. En effet, si l’on fait abstraction de l’utilité des marchandises pour ne tenir compte que de ce qu’elles ont de commun, alors on fait également abstraction du caractère concret du travail contenu en elles, autrement dit du fait que ce travail soit producteur de valeur d’usage, pour ne l’envisager que comme une dépense d’énergie humaine indifférenciée. Il y a alors lieu de parler d’un travail abstrait dont la valeur est l’expression. Des marchandises, on peut alors dire deux choses :

  1. Elles sont porteuses d’une valeur d’usage et d’une valeur.
  2. Le travail contenu en elle se présente sous un double aspect : il est simultanément un travail concret et un travail abstrait.


Ce schéma permet de montrer que le double caractère du travail (abstrait et concret), est représenté dans la marchandise par son double aspect de valeur d’usage et de valeur. La marchandise peut ainsi être comprise comme une unité de deux éléments contraires.

Grandeur de la valeur

Si la valeur est l’élément commun à toutes les marchandises, celle-ci peut se présenter dans des proportions variées. Les marchandises ne contiennent pas toutes la même quantité de travail, elles n’ont donc pas la même grandeur de valeur. Tout le problème est donc de savoir comment se mesure cette grandeur de la valeur. Nous l’avons vu, la valeur est l’expression du travail abstrait, ce qui revient à dire que le travail abstrait est la substance de la valeur. Mais reste à déterminer quelles sont les caractéristiques de ce travail abstrait. En effet, si l’on dit que la grandeur de la valeur d’une marchandise est déterminée par la quantité de travail objectivé en elle, toute la question est de savoir comment mesurer cette quantité. Il faut donc préciser deux choses. 1) Que la quantité de travail contenue dans une marchandise doit être mesurée en temps. 2) Que le travail qui constitue la grandeur de la valeur des marchandises doit toujours être un travail de qualité égale. En effet, si l’on dit que la grandeur de la valeur d’une marchandise est déterminée par le temps de travail nécessaire à sa réalisation, sans préciser que ce travail doit, pour chaque marchandise, être d’une qualité égale, alors on pourrait en conclure qu’un travail lent et malhabile produit, dans le même temps, autant de valeur d’un travail qualifié. Marx précise donc que le travail dont il est question pour mesurer la grandeur de la valeur doit être un travail simple. Autrement dit, un travail qui correspond au degré moyen d’habileté attendu de chaque travailleur à une époque donnée. Si donc une marchandise est réalisée par un travail qualifié, celui-ci doit correspondre à un nombre d’heure plus important de travail simple. Précisons en outre que le « travail simple » ne renvoie pas à un invariant anthropologique, mais à quelque chose qui change selon les époques et selon les régions. Par exemple, si à l’époque de Marx la majorité des prolétaires européens étaient illettrés, il n’en va pas de même aujourd’hui. Ainsi, le fait de savoir lire constitue aujourd’hui, dans la plupart des centres d’accumulation du capital, un élément intégré à la catégorie de travail simple, tandis qu’autrefois, il constituait un élément du travail qualifié.

La forme-valeur et l’énigme de la monnaie

La particularité de l’analyse de la marchandise faite au chapitre I du Capital est qu’elle se fait selon une distinction entre le contenu et la forme des catégories. Marx insiste en effet sur la nécessité de séparer l’analyse de la substance de la valeur, de l’analyse de sa forme. Après l’étude des catégories de travail abstrait et de grandeur de la valeur, on trouve donc un long exposé dans lequel Marx cherche à démontrer pourquoi la valeur de la marchandise prend toujours cette forme sociale particulière qu’est la monnaie. L’enjeu est donc pour Marx de résoudre ce qu’il appelle « l’énigme de la monnaie ». Pour cela, il va procéder à une longue démonstration qui s’apparente à un raisonnement déductif se déroulant en quatre étapes qui correspondent aux quatre formes de la valeur :

  1. Forme-valeur simple (Forme I)
  2. Forme-valeur développée (Forme II)
  3. Forme-valeur générale (Forme III)
  4. Forme-monnaie (Forme IV)

Forme-valeur simple (Forme I)

Dans un premier temps, Marx va partir d’un simple rapport de valeur entre deux marchandises :

20 aunes de toiles = 1 habit

Par cette équation, Marx précise qu’il faut entendre que la valeur d’échange des 20 aunes de toiles s’exprime dans l’habit. En effet, une marchandise ne peut jamais exprimer par elle-même sa valeur d’échange, il faut toujours qu’elle se rapporte à autre chose. L’habit joue donc ici le rôle d’exprimer la valeur d’échange des 20 aunes de toiles. En ce sens, l’habit constitue la « forme-valeur équivalent », et les 20 aunes de toiles jouent le rôle de « forme-valeur relative » (ces formules un peu compliquées veulent simplement dire que la valeur d’échange des 20 aunes de toiles est équivalente à un habit, ou encore, que l’habit est l’expression de la valeur des 20 aunes de toiles).

Cette première forme de la valeur pose encore problème parce qu’elle ne tient compte que de deux marchandises, or, la généralisation des échanges marchands n’est possible que si toutes les marchandises se rapportent les unes aux autres. La valeur doit donc prendre une forme plus développée.

Forme-valeur développée (Forme II)

Avec la forme-valeur développée, nos 20 aunes de toiles n’expriment plus leur valeur uniquement dans une seule marchandise, mais dans la totalité des marchandises produites par la société. Ainsi, on se retrouve devant une pluralité d’expressions de valeur :

20 aunes de toiles = 1 habit ; ou = 10 livres de thé ; ou = 40 livres de café, ou 500kg de fer, ou…, etc.

Ici, la totalité des marchandises produites par la société servent d’expression à la valeur d’échange des 20 aunes de toiles. Le problème est alors celui de l’absence d’unité dans l’expression. Il manque en effet une forme unitaire, une forme phénoménale unique dans laquelle toutes les marchandises exprimeraient leur valeur.

Forme-valeur générale (forme III)

L’unité de la forme-équivalent est alors possible si l’on rapporte toutes les marchandises à une seule. Dans la forme précédente (forme II) la valeur d’échange des 20 aunes s’exprimait dans toutes les autres marchandises. Ici c’est l’inverse qui se produit. Avec la forme-valeur général (ou forme III), ce sont toutes les marchandises qui expriment leur valeur dans une seule. La forme III est donc un renversement de la forme II. Les 20 aunes de toiles deviennent l’équivalent général.

Jusque-là, Marx choisit des marchandises totalement au hasard pour illustrer son raisonnement. Que 20 aunes de toiles servent effectivement d’équivalent général, c’est à dire de moyen d’échange universel, cela est en effet invraisemblable. Désormais, le problème qui est posé est celui de savoir quelle est la marchandise la plus adéquate pour fonctionner comme un équivalent général. Or, cette question n’est autre que celle de savoir quelle est la marchandise la plus susceptible de jouer le rôle de monnaie.

Forme-monnaie (Forme IV)

Faire jouer à une marchandise le rôle de monnaie, c’est l’exclure du monde des marchandises. C’est en effet s’en servir non plus pour son usage habituel, mais pour lui attribuer une utilité sociale tout à fait inédite. Le choix de cette marchandise est donc déterminé par plusieurs critères, entre autre, son abondance, et la capacité quel’on a à la diviser et à la transporter. Historiquement, les marchandises qui ont joué ce rôle d’équivalent ont été principalement les métaux précieux comme l’or et l’argent. Avec le passage à la Forme-monnaie, nous nous trouvons avec les expressions de valeur suivante :

Ce qui change par rapport à la Forme III, c’est donc uniquement le fait que la forme-équivalent à fait l’objet d’un choix conscient par la société. Ce choix est réglé suivant des critères pratiques et il est décidé par une instance de pouvoir : un État.

Ce qui se passe avec la forme-monnaie peut être résumé par le schéma suivant :


Les analyses de Marx que nous ne faisons ici que reproduire confrontent les lecteurs contemporains à un problème majeur, celui de la pertinence de ces conclusions depuis la fin de l’étalon-or. La conception de Marx suppose en effet que la monnaie est une marchandise que l’on a élevée au rang d’équivalent général. Seulement depuis la fin des années 70, l’or ne fait plus office d’équivalent général dans la mesure où plus aucune monnaie n’est indexée sur lui, ni sur aucune autre marchandise. Si une telle situation remet en question la catégorie de marchandise-monnaie, elle n’invalide pas pour autant tout le propos de Marx. En effet, que la monnaie soit une marchandise ou non, elle opère toujours de la même manière.

 

Le fétichisme de la marchandise

Selon nous, l’avantage de la théorie marxienne de la valeur aussi bien par rapport aux théories classiques de la valeur-travail, qu’aux théories néo-classiques, c’est qu’elle repose sur l’idée que les agents sociaux sont mus par des processus se déroulant derrière leur dos. Dans l’échange marchand la mise en équivalence des travaux est quelque chose qui échappe à la conscience des sujets. Ainsi le fait que la valeur soit l’expression du travail abstrait n’est pas une vérité admise par les agents sociaux, c’est au contraire une découverte théorique. Pour Marx, la reproduction du rapport social capitaliste n’est pas conditionnée par la conscience qu’en ont les acteurs. En effet le capital, en tant que rapport marchand, se caractérise par une isolation des producteurs privés. Le travail n’est jamais immédiatement social, c’est un travail privé qui ne devient social qu’aussitôt qu’il est vendu. En ce sens, le marché est l’institution qui valide ou ne valide pas le caractère social du travail. Aucun producteur ne peut savoir à l’avance si l’intégralité de ce qu’il va produire couvrira un besoin social. À ce stade de l’analyse, cette absence de conscience fournit à Marx une explication au transfert de capitaux d’une branche à l’autre de la production 4. Si les marchandises produites par un capitaliste ne couvrent pas le besoin social, alors leur valeur ne peut être réalisée, dès lors le capitaliste est amené à se reconvertir en transférant son capital dans d’autres branches dans l’espoir que les nouvelles marchandises qu’il mettra en vente couvriront un besoin social.

Dès à présent, nous pouvons voir que les mouvements des capitaux sont mus par des forces étrangères à la volonté des sujets. Les rapports sociaux entre les personnes apparaissent alors comme des rapports entre des choses5. En ce sens, il y a lieu de parler d’une réification des rapports de production. Il faut cependant préciser que pour Marx cette « apparence » ne constitue pas une illusion subjective qu’une théorie juste doit chercher à dévoiler. En effet, en tant qu’elle a des effets réels sur l’activité des sujets, cette illusion est objective. Les produits du travail, en prenant la forme de marchandises, exercent un pouvoir social sur les hommes. Pour décrire ce pouvoir, Marx parle d’un caractère fétiche de la marchandise. Les marchandises entretiennent des relations qui échappent au contrôle des hommes. En ce sens, il faut dire que la théorie marxienne du fétichisme de la marchandise décrit bien plus que la présence d’un voile mystique, elle révèle en effet l’existence un pouvoir réel d’assujettissement propre aux produits du travail aussitôt que ces derniers prennent la forme de marchandises.


Ce schéma montre que dans le capitalisme, les produits du travail sont fabriqués par des producteurs isolés. Un travail privé ne devient social que s’il est vendu comme marchandise sur le marché. Si les marchandises ne sont pas vendues, alors aucune valeur n’est réalisée, il y a destruction de capital et les capitalistes doivent se reconvertir dans d’autres branches de production pour ne pas être ruiné. Au sein du capitalisme, la conduite des individus (aussi bien les capitalistes que les prolétaires), est orientée par des forces objectives qui les domine, c’est pour cette raison que l’on parle de réification des rapports sociaux.

 

1Karl Marx, Le Capital, livre I, Paris, PUF, 1993, p. 39.

3Il s’agit, entre autre, de ceux qui considèrent que la théorie de la valeur correspond à une analyse des sociétés marchandes pré-capitalistes, tandis que seule la théorie des prix de production développée au livre III correspond au mode de production capitaliste. Il faut noter qu’on trouve parfois une telle interprétation de la théorie de la valeur dans certains textes de Engels.

4Toutefois pour saisir de façon complète ce phénomène, il faut attendre le développement de l’analyse au niveau de la concurrence inter-capitaliste, la recherche d’un surprofit et la tendance à l’égalisation des taux de profit.

5« C’est pourquoi les relations sociales qu’entretiennent leurs travaux privés apparaissent aux producteurs pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire, non pas comme des rapports immédiatement sociaux entre les personnes dans leur travail même, mais au contraire comme rapports impersonnels entre des personnes et rapports sociaux entre des choses impersonnelles. » Marx, Le Capital, Puf, p. 83-84.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s